Abus sexuels dans l’enfance, prostitution, etre mere, Krystele se livre sans tabou

Abus sexuels dans l’enfance, prostitution, etre mere, Krystele se livre sans tabou

Il y a des vies qui connaissent nombre de mesaventures.

Krystele (prenom d’emprunt) se raconte dans un livre poignant, naturel, sans le moindre filtre, des violences sexuelles qu’elle a vecu enfant a sa vie de prostituee bien en etant mere de famille. Une destinee singuliere que nous avons voulu lire.

Des le commencement de l’entrevue telephonique, une petite voix, presque enfantine, nous repond. Tout en fragilite, Kristele dont le livre “Une maman presque parfaite”, vient de paraitre chez Max Milo editions, donne le ton de l’interview : sincerite et tabou devoile. Mere de 5 enfants, Kristele, 47 annees, habitant le Var, revient en details sur sa life qui a traverse beaucoup de epreuves, surement trop Afin de une seule personne. Sa life au quotidien, ses relations avec ses bambins, sa famille, ses amis, ainsi, l’engrenage qui l’a mene a? se prostituer, tout reste aborde.

“Chaotique”, c’est le commentaire choisi par Krystele pour resumer son enfance, pilier d’la vie necessaires mais ici horriblement sombre. Elle est placee les premieres annees de son existence dans une famille d’accueil, car sa mere ne pouvait s’occuper d’elle. A ses 5 ans, notre interlocutrice retrouve sa maman. Cette derniere vit avec son compagnon de l’epoque. “Un soir, quand elle reste part faire des familles Afin de gagner une vie, l’homme avec qui elle partageait sa vie m’a reveille dans mon sommeil. Et il m’a dit ‘viens manger le poisson’.” Cette metaphore scabreuse evoque la fellation. Un moment plus que douloureux et traumatisant. “J’ai vomi et il m’a demande de tout nettoyer avec ma bouche”, temoigne la mere de famille. J’ai petite fille ne evoque rien a sa tante, car le bourreau lui evoque qu’il J’ai tuera si elle avoue. Plusieurs suspicions de maltraitance alertent les services sociaux, car l’enfant reste aussi battu. Mere et fille quittent le domicile. Krystele devoile tout a sa mere, celle-ci lui repond “on n’en parle plus, c’est fini”. Au regard de votre reponse, dans l’esprit d’une petite fille, ces abus deviennent limite normaux, “pas graves”.

Un espoir d’une nouvelle destinee se presente.

La mere de Krystele se remet en couple. Un petit frere arrive vite. Etant bipolaire et maniaco-depressive, c’est a l’auteur d’”Une maman presque parfaite” de s’occuper du bebe. Une enfant s’occupant d’un enfant. “Je mettais mon frere dans la poussette et j’allais faire l’electricite”, confie-t-elle. Notre noirceur des mauvais jours revient hanter la jeune fille. Ce nouvel homme, ce nouveau beau-pere, lui montre des revues pornographiques et des sevices en decoulent. Un eternel recommencement dans la perversion humaine se a.

Quelle est donc sa vision une sexualite face a ces monstruosites ? “Je savais a l’epoque que ce n’etait jamais bien, que je n’avais jamais l’age pour voir cela. J’etais genee. Individu des adultes est arrive tres vite, je n’ai pas eu d’enfance. Au moment oi? je suis devenue maman, J’me suis dit votre n’est pas possible d’effectuer i§a a 1 enfant.”

Pendant ses etudes, une veritable souffrance s’installe. Au college, Krystele se sentait “differente des autres” et ses camarades ne l’aidaient gui?re a aller mieux. Brimades, exclusions, l’ecole n’est jamais cet endroit ou elle va respirer dans un quotidien deja complexe. Au bout d’un moment, elle decroche du systeme scolaire malgre “un bon potentiel”.

Seul lieu pour decompresser : la boite de nuit. “C’etait une delivrance, une echappatoire. Mais c’est aussi la-bas que j’ai decouvert l’alcool, a 14 ans”, explique-t-elle. Dans la profession une fete, Krystele s’apercoit qu’elle plait aux hommes. Elle accepte ainsi toutes leurs demandes sexuelles, car ma jeune femme recherche d’une tendresse avant tout. Pour elle, donner le corps etait le tarifs a payer pour tomber sur une epaule securisante.

A bout de souffle, a 20 annees, Krystele fait une tentative de suicide en avalant des pilules appartenant a sa mere : “Je n’ai gui?re regrette ce geste, car je n’ai jamais pense a J’ai suite. Pour moi, me reveiller ou non n’etait jamais une crainte”. Deux jours apres sa sortie de l’hopital, elle est de retour en boite de nuit, tout en gardant en elle, comme forcement, votre degout de votre life. “J’ai l’impression de ne pas meriter une vie normale”, temoigne Krystele.

Cette “vie normale”, elle y goute certains annees apres. Elle devient femme de militaire, avec des bambins, pendant 10 annees. “Mais du jour au lendemain, j’ai tout fera s’envoler”, nous dit-elle. Une reelle autodestruction qu’elle ne cache gui?re.

La prostitution

Sur la prostitution, Krystele est aussi tres libre concernant raconter le parcours. Tres petit, deja, elle montait dans des voitures contre remuneration. “Je ne cherchais pas, ce qui venait a moi”. Lors de le bon premier rendez-vous dans l’’escorting’ aucune intimidation. “si on est inscrit sur un site Internet en tant qu’escort, on rencontre Plusieurs hommes qui ne sont, d’ordinaire, jamais violents, du reste, moi, je n’ai pas vecu de mauvaises trucs. Ce n’est gui?re comme dans la rue. Dans ces situations, je me deplace ou ils viennent chez moi”, livre Krystele. En ce qui concerne l’evolution du metier de prostituee au fil des annees, elle nous explique qu’il y a bon nombre d’individus qui correspondent avec elle par messages sans jamais vouloir la voir, ainsi, en posant toujours analogues questions. “Ce sont des curieux. Une fois, j’ai eu un client qui, apres avoir passe un moment avec moi, m’a fait la lecon via votre sms : ‘pourquoi tu fais votre job ?’ Je lui ai evoque ‘mais tu as fera appel a moi donc pourquoi tu me dis cela… ‘” Etre une prostituee, c’est un metier Afin de Krystele, comme n’importe quel nouvelle. Elle voit ses clients puis elle revient a son role de mere. Son corps reste son outil de travail qui lui permet de vivre. Mais elle n’hesite pas a penser qu’elle a hate d’arreter la prostitution. Une lassitude s’est installee. “Le sexe me degoute. Depuis trois ans, je ne fais plus rien avec mon compagnon”, formule Krystele. Son regard reste le meme sur les hommes. Une envie et une confiance se paraissent perdues.

Pour la sociologue Francoise Gil, la soi-disant contradiction ‘maman’ et ‘putain’ est une question a apprehender. Selon ses dires dans le livre de Krystele, “ces meres travailleuses du sexe paraissent generalement tres exigeantes quant a l’education de leurs enfants. Bon nombre d’entre elles inscrivent leurs enfants dans des ecoles privees, controlent leurs resultats scolaires et surveillent leurs sorties et frequentations. Elles tiennent leurs enfants a l’ecart de mauvaises rencontres, d’la ‘racaille’, comme disent quelques. Le mythe de la bonne mere tient toujours ces dames sous controle, aussi si les apports d’une psychanalyse et les travaux feministes ont considerablement concouru a J’ai deconstruction du concept.”